Au sujet des frappes pieds nus

(Cet article a initialement été publié en juin 2007 sur le blog de son auteur).

Aujourd’hui [le 21 novembre 2007] je poste ce court billet juste pour souligner un point technique sur les boxes pieds / poings.

Un certain nombre de pratiquants (et de non pratiquants) semblent penser qu’en kick-boxing ou en boxe thaïlandaise on frappe avec les tibias parce que ce serait universellement la façon la plus dévastatrice de frapper avec les jambes.

On peut remarquer que les techniques de frappe sont relativement similaires en kick-boxing et en boxe thaïlandaise (et en full-contact dans une moindre mesure, les coups de pieds y étant interdits en dessous de la ceinture). En revanche, on ne retrouve pas exactement les mêmes coups de pieds en boxe française.

Alors oui, le tibia est un des os les plus résistants du corps. Et oui, ces grands coups de tibias donnent une grosse impression de puissance.

Mais ce qu’il ne faut pas perdre de vue, c’est que l’on utilise les tibias en premier lieu parce que ces boxes se pratiquent pieds nus et que l’on s’y ruinerait les pieds à frapper avec. Si les frappes chassées avec les plantes des pieds se conçoivent encore pieds nus, je peux personnellement attester qu’il est risqué de frapper avec le dessus du pied1 et le coup de pointe présente quant à lui la quasi-assurance de se tordre un orteil.

Pourtant, quand on porte des chaussures, le coups de pied de pointe est l’un des seuls qui soient suffisamment dévastateurs pour éventuellement terminer un combat à lui seul. Là où un « middle-kick » vous fera mal, voire très mal, vous cassera peut être des côtes et ce genre de réjouissances, le coup de pied de pointe peut vous « sécher » : c’est à dire vous mettre à genou, les deux mains portées au ventre, sans pouvoir vous relever et poursuivre le combat. Et tout cela avec une prise de risque moindre sur le plan de l’équilibre et sans nécessiter la même démonstration de puissance musculaire, c’est à dire en économisant les ressources du combattant.

Ne nous y trompons donc pas, le fait d’être chaussé ou non peut changer la physionomie d’un combat au moins autant que l’introduction de coups de pieds bas la change entre un combat de full-contact, où l’on voit les combattants attaquer bille en tête avec des coups de pieds hauts, et un combat de kick-boxing ou de boxe thaïlandaise, où la règle est de d’abord saper les appuis de l’adversaire à coups de pieds bas plutôt que de prendre l’énorme risque de se faire contrer en portant un coup de pied haut sur un adversaire encore frais. Ce détail, les pratiquants de boxe pieds / poings qui envisagent également des utilisations en dehors du ring, notamment à des fins d’autodéfense, devraient l’avoir à l’esprit.


  1. En le faisant, lors d’une compétition de kick-boxing, j’ai une fois du arrêter après avoir pourtant gagné mon premier combat.

Guillaume Ponce